Alexandre Latora

Guitariste, trompettiste, chanteur

Biographie

Alexandre-Latora-800-2.png

Crédit photo : ©Philippe Quevauviller

Non-voyant de naissance, Alexandre Latora a toujours été baigné par la musique de par sa mère, pianiste, et son père, batteur. Jeune talent doué, il a déjà fait couler beaucoup d'encre, notamment pour avoir réussi haut la main son CESS au Jury Central, mais aussi pour s'être produit dès son plus jeune âge dans de nombreux concerts, que ce soit pour ses talents de chanteur, de trompettiste ou de guitariste.


Il a commencé le chant à l'académie à 8 ans. C'est là qu'il est tombé en admiration pour le son de la trompette. Mais c'est la guitare qui est devenue son instrument majeur. Il ne néglige pour autant pas l'harmonica, la guitare basse, le clavier et même la guimbarde. Doté d'une oreille absolument absolue et d'une mémoire phénoménale, il a toujours été intéressé par l'harmonie. Très tôt, il se tourne vers le jazz dont il apprécie les couleurs et ne rate pour rien au monde son rendez-vous quotidien avec Le Grand Jazz de Philippe BARON. Non exclusif, il écoute beaucoup de musiques de tous genres et de tous horizons. Ses goûts ont évolué vers le latino, les musiques d'Amérique du Sud et plus particulièrement pour Ruben Blades, autant pour sa musique que pour le message qu'il fait passer dans ses textes. Il ne fait pas pour autant l'impasse sur la variété française avec Renaud, Bécaud, Fugain, Lavilliers, Voulzy, Macias... Le seul critère qui le guide : toucher le cœur. Par soucis d'authenticité, Alexandre apprend seul plusieurs langues pour pouvoir chanter non seulement en français et anglais, mais aussi en espagnol et brésilien. 


De fil en aiguilles, ou plutôt de cd en cd, il découvre la Salsa, Milton Nascimento, Pablo Milanes… Un concert de Didier Sustrac suivi d'une rencontre avec l'artiste le séduit et lui met le pied à l'étrier de la bossa nova. Son parrain lui offre l'album mythique de João Gilberto et Stan Getz qui est une révélation. Alexandre reproduit quasi instantanément tous les titres sans aucune aide et, mieux encore, avec ses couleurs personnelles. 


Une rencontre avec Philippe Quevauviller, passionné passionnant et navigateur sous-terrain, l'amène à connaître d'autres musiciens accordés au même diapason du cœur. Et des projets de concerts se mettent en place avec des musiciens comme Osman Martins, Farida Zouj… De là naît le quartet des Balladins autour de la chanson française et de la musique brésilienne.