Sextet Bossa Flor & Invité(e)s

Bossa nova & Samba

Bossa Flor, à l’origine, est le nom donné par Philippe Quevauviller en 2009 à un projet de livre sur la bossa nova qu’il avait intitulé « Fleur de bossa ». Son projet initial, BosSalvador, crée en 2007 est refondu en Bossa Flor Sextet en 2012 avec un nouveau groupe composé de Fernando de Almeida Barros (guitare, chant, direction musicale), Wellington Barros (piano, chant), Jacques Martinez (saxophone, flûte), Marat Araujo (basse) et Toni Reina (batterie). Jacques et Toni étant appelés à d’autres projets personnels, le groupe accueille Claudio Rocha (saxophone, flûte) en 2016 et Marcos Della Rocha (batterie) en 2018. Le répertoire tourne autour des classiques de la bossa nova, principalement des titres d’Antonio Carlos Jobim, en versions portugaises et adaptations en français, et des chansons du répertoire français adaptées en rythmes brésiliens (bossa et samba). 

Autour de Saravah

Chansons françaises & Bossas francophones

La référence à Saravah provient de deux sources symboliques… la première revient à l’origine même du nom : la Samba saravah, elle-même nourrie des liens étroits entre la poésie de Vinicius de Moraes et celle de Pierre Barouh. C’est cette complicité autour de l’art des rencontres mis en avant par la chanson (rendue célèbre par le film Un homme et une femme) qui a enthousiasmé et fait fleurir le travail de nombreux « passeurs » entre la poésie et musique brésilienne et la chanson française. La deuxième référence est celle de la création du Label Saravah et du réseau impressionnant de rencontres qu’il a générées grâce à la vision qu’en avait Pierre Barouh. Ce qu’il qualifiait lui-même de « rivières souterraines », ces rencontres qui sont très rarement des coïncidences, se sont renforcées au fil du temps et se sont multipliées. Une sorte de famille Saravah s’est ainsi développée au fil des rencontres avec Pierre à Bruxelles, et toutes ces rivières souterraines qu’il continue de stimuler depuis son croissant de lune. Ces amis se retrouvent ainsi à intervalles réguliers à Bruxelles via Bossa Flor. 

Pataphysique Café Orchestra

Chansons françaises en mode jazzy

A l’origine, la rencontre s’est faite autour des 60 ans de la disparition de Boris Vian (2019). Pour celles et ceux qui aiment voir le monde différemment en droite ligne de la pataphysique, ses écrits subliment l'imaginaire et s'associent à des notes bleues héritées du be-bop et du blues. Le Pataphysique Café Orchestra est né de l’envie d’un groupe d’amis de faire renaître le répertoire de ce grand auteur. Ce mariage entre jazz et chanson française a encouragé le quintet à musarder vers d’autres répertoires, celui de Serge Reggiani en particulier, et de là ceux d’autres grands comme Michel Legrand et Claude Nougaro.

Brassens dans tous ses états

Chansons de Georges Brassens en différents styles musicaux

Georges Brassens a préféré le soleil de Sète à celui de Rio, et si sa musique a souvent eu des influences venant du jazz, il n'a jamais été tenté par les syncopes des rythmes brésiliens. Des auteurs se sont pourtant penchés sur les liens à première vue improbables entre la bossa nova, la samba et ses chansons, et on découvre au gré des festivals des adaptations qui montrent que - oui c'est possible ! Ses mélodies et textes peuvent être aussi apprivoisés par différents types de jazz, du cool jazz aux rythmes manouches, la musique country, le flamenco, la rumba… montrant l’éclectisme musical de cet immense auteur dont la magie des mots a épousé les splendides mélodies. La rencontre de Joel Favreau en 2017 a été le ferment de rencontres musicales autour de son répertoire en différents styles musicaux, qui ont donné naissance au projet d’album « Brassens dans tous ses états » et à une association d’artistes de divers horizons et ouverts sur les partages. 

Cordes enchantées

Voix et cordes (guitares et violoncelle)

En illustration de cet art de la rencontre qui est la marque de la dynamique Bossa Flor, une réunion de virtuoses de la guitare (sept cordes) qui ne se connaissaient que virtuellement a été imaginée et organisée en 2019. Ces musiciens résidant à Bruxelles, Paris, Lille et Londres, se sont retrouvés sur scène dans une ambiance semi-acoustique pour sublimer leurs talents en des échanges instrumentaux nourris par de multiples influences brésiliennes comme le choro, la samba et la bossa nova. La magie communicative de ces partages s’est prolongée dans des accompagnements de chansons principalement françaises qui ont sublimé les mélodies et les textes. De cette harmonie de notes et de mots est né le projet « Cordes enchantées », rencontre de guitares sept cordes, cavaquinho et violoncelle, accompagnés de légères percussions, pour revisiter un florilège de chansons.

Bruxelles - Belgique

©2020 by Bossa Flor